Apprendre-la-gestion.com

Chapitre 2 : Source de financement à court terme



Objectif du financement à court terme

La trésorerie est un élément capital dans une entreprise, mais contrairement à ce que nous laisserais penser la logique dans certaines entreprises plus elles réussissent et moins elles ont de trésorerie ce qui induit un risque de faillite. Il est donc essentiel de surveiller sa trésorerie et de connaitre les moyens de gérer cette dernière à court terme afin de limiter les risques.

Ce besoin de liquidité à court terme est appelé le Besoin en Fond de Roulement (BFR), l’objectif n’est pas de ce cours n’est pas d’étudier le BFR, mais nous allons définir les notions de ce dernier afin de comprendre le besoin de liquidité à court terme.

Notion du Besoin en Fond de Roulement

Le besoin en fond de roulement représente les liquidités nécessaire au fonctionnement courant de l’entreprise, il correspond à la différence dans le temps entre les sommes encaissées des clients et la somme due aux fournisseurs.

Exemple: Une entreprise paye au comptant des marchandises auprès de ces fournisseurs et se fait payer avec un délais de 10 jours auprès de ces clients. S’il revend ses marchandise sur commande et qu’il vend ces dernières deux fois plus chères, il devra posséder au moins la moitié du prix facturé au client. Pour un bien vendu 100€ il devra payé 50€ tout de suite à son fournisseur et attendre 10 jours avant de se faire payer. Si son activité augmente brutalement et qu’il reçoit 100 000€ de commande ce qui peut être une bonne nouvelle peut mettre l’entreprise en périle car ça nécessite 50 000€ de trésorerie. C’est cette trésorerie nécessaire entre le paiement fournisseur et le règlement client qu’on appelle BFR.

Le besoin en fond de roulement correspond donc en un stock de liquidité que l’on doit conserver pour faire face aux besoins courants de l’entreprise. Ainsi une entreprise qui règle ses fournisseurs à 30 jours et qui se fait régler comptant par ses clients en vendant ses biens en moins de 30 jours n’aura pas besoin de conserver un fond de roulement car son exercice entrainera un excédent de liquidité.

Il n’est pas toujours possible de négocier les délais de paiement avec les clients et les fournisseurs, il existe cependant d’autre technique pour gérer ses besoin de trésorerie à court terme tel que:

  • Escompte d’effet de commerce
  • Loi Dailly
  • Affacturage
  • Emprunt court terme

Cette liste n’est pas exhaustive mais on va traiter ces méthodes de gestion de la trésorerie dans ce chapitre, les escomptes d’effet de commerce néanmoins traité dans le chapitre suivant.

Loi Dailly

La loi Dailly permet de céder ou de nantir des créances auprès de sa banque afin d’avoir des liquidités immédiatements au lieu d’attendre leur règlement.

Les créances céder appartienne à la banque et par conséquent elle doit se charger de les encaisser.

Les créances nanti appartiennent toujours à l’entreprise qui possède un engagement envers sa banque, ce dernier doit figurer dans l’annexe comptable, l’entreprise se charge d’encaisser les créances sauf si un accord conclu avec la banque prévoit que c’est elle qui est en charge de cet aspect. Le nantissement représente une garantie founit à la banque en l’échange d’un crédit court terme.

L’affacturage

L’affacturage est l’opération qui consiste à confier tout ou une partie de ses créances à une société d’affacturage (affactureur ou factor ou facteur) qui en échange se chargera du recouvrement et garantira ses créances en échange d’une commission. Les trois grands roles de l’affactureur sont donc:

  • Financer les créances clients afin de donner des liquidités immédiatement
  • Garantir le paiement
  • Gérer le recouvrement

Les contrats peuvent varier en fonction des sociétés d’affacturage pour couvrir plus ou moins ces différentes missions.

Le facteur prélève généralement deux types de commission une commission financière qui représente le cout du financement (intérêts), une commission d’affacturage couvrant les frais du service.

Par exemple, pour l’achat d’une facture de 60 000€ le 01/05/N:
Achat de facture 60 000,00€
Commission de financement (14% sur 90 jours) -2 100,00€
Commission d’affacturage (2% HT) -1 200€
TVA sur commission d’affacturage 240€
Prix d’achat net 56 460€

01/05/N 467 Factor - compte courant 56 460
6225 Rémunération d’affacturage 1 200
44566 T.V.A. sur autres biens et services 240
668 Autres charges financières 2 100
411 Clients 60 000
Affacturage de la créance client

Lors du virement sur le compte courant de l’entreprise

XX/XX/N 512 Banque 56 460
467 Factor - compte courant 56 460
Paiement du factor

Les crédits de trésorerie

Les crédits de financement peuvent être classifié en deux catégories, les crédits affectés et les crédits non affectés. Les crédits affectés sont prêter par l’organisme bancaire pour une affectation précise alors que les crédits non affectés peuvent être utilisé par l’entreprise comme bon lui semble.

Dans les crédits non affecté il y a les crédits de caisse, facilité de caisse et découvert, qui permette via un contrat avec la banque de rendre son compte débiteur pendant une période.

Il y a aussi des crédits pour des très courtes périodes tel que les crédits courrier (24 à 48 heures) et les crédits spots (quelques heures) utilisé principalement par les grandes entreprises.

Dans les crédits affectés on peut citer la technique du warrant qui consiste à mettre des marchandise en gage en échange d’un certificat de gage qui peut être remis à l’escompte comme un effet de commerce. L’entreprise peut également demander un crédit en nantissent des actions ou des brevets qu’elle possède.